La Compagnie des Arts de Nez présente

STAGE CLOWN

(De 16 à …ans)

Animé par Michel Malet

 

Le clown

Inscrit dans notre souvenir, le clown est un personnage dont la définition échappe à grand nombre d’entre nous. Il effraie ou émerveille certains, d’autres se demandent s’il est triste ou encore si il est destiné uniquement au public d’enfants. Cependant lorsqu’il est annoncé au programme, nous n’espérons qu’une chose: qu’il nous fasse rire.

Le clown permet l’explosion de soi dans la fantaisie, le surgissement des mécanismes émotionnels, du rire aux pleurs, de la tendresse à la férocité, mais ce “plus petit masque” demande beaucoup de maîtrise et de rigueur.

Le clown, c’est un état bien plus qu’un personnage. Etat à construire à partir de la vérité profonde du comédien, avec ses qualités et défauts physiques et psychologiques, ses travers, ses tics, ses attitudes ou postures corporelles et mentales, sa manière de penser, de parler, de bouger…

S’il fallait nommer les caractéristiques de cet état, on dirait qu’il est simple, humble, confiant, engagé, rêveur et terrien tout à la fois, vulnérable, nu, à découvert…

Le clown est toujours confronté à un problème et met en œuvre sa fantaisie et sa naïveté pour le résoudre. Maladroit, poète, idiot, il a fond de lui cette extrême simplicité qui le rend à la fois tragique et comique. Le clown EST. Pour lui, pas vraiment d’histoire, seulement des états qu’il développe face aux situations.

Etre clown, c’est ne plus avoir peur d’avoir l’air « bête », mais au contraire, être fort de montrer sa fragilité, porter un regard sérieux sur des choses légères, amuser en s’amusant, chercher des problèmes, là où tout le monde voit des solutions, et trouver des solutions, là où tout le monde voit le chaos et décider de rire envers et contre tout et surtout avec les autres

La formation se déroule en plusieurs étapes successives:

– Fixer un cadre de travail

– Travail de la neutralité

– de la caricature personnelle au personnage du clown, l’état clownesque

– Relation avec le public

– Improvisation, jeu

 

Fixer un cadre de travail

A travers d’un exercice d’entrée en scène, se dessine un parcours précis, en jeu de regards et en déplacement. Cette gymnastique nous permettra de prendre possession de la scène, de prendre conscience de ce que le clown veut et fait avec lucidité.

Le répétition de cet exercice est évolutive, l’observation de ses partenaires en travail, suivant des critères précis, aidera la conscientisation personnelle et de groupe..

 

Travail de la neutralité

Eliminer les gestes parasites après en avoir pris conscience et tendre vers la simplicité pour redécouvrir une expression naturelle. Sous la neutralité, le visage de l’acteur se met au repos. Notre regard se déplace. Il n’est plus distrait par la complexité de ce paysage sans cesse en mouvement que l’on nomme visage. Le corps soudain impose son langage. Dans le silence du geste, il se fait verbe. Le regard de l’acteur ne se disperse plus, il gagne en profondeur et en mystère. Nous découvrons alors que le corps a une existence propre, qu’il s’exprime sans doute la plupart du temps en toute indépendance et que nous ne lui prêtons guère attention. Dans cet exercice, le corps dessine dans l’espace le geste en silence. L’acteur redécouvre un alphabet oublié qui a précédé l’apprentissage de la parole et cela lui donne conscience, dans l’intimité de l’instant que parfois les “langages” discordent. Il apprend à lire en isolant le geste et en l’interrogeant, les contradictions qui d’ordinaire échappent, entre ce qu’il dit et ce qu’il vit. Le corps s’exprime d’autant plus directement qu’en général, c’est lui qui est masqué.

L’acteur développe ainsi une matière plus subtile dans le jeu, et le clown se réjouit de tant de ces nouveaux champs d’exploration.

de la caricature personnelle au personnage du clown

Des travaux antérieurs s’élabore une fiche personnalisée du comportement corporel de chacun, avec ses éléments caricaturés nait notre clown en état brut.

Oublier toute référence culturelle et esthétique, s’approprier son ridicule, pousser au grotesque notre personne, notre quotidien, apprendre à rire de soi, des autres. Le jeu clownesque est une confrontation à soi, à son ridicule, à sa fragilité. L’acceptation de celle-ci permet au comédien d’aborder son personnage avec profondeur et subtilité. Il examinera et expérimentera toute la quintessence de son personnage au moyen de différentes techniques qui ne feront que l’enrichir et lui permettront d’évoluer. Il semble évident que la personnalité du comédien transparaît dans son clown. Ce style implique indéniablement le burlesque et le grotesque. Ils apparaissent comme des instruments utiles à la distanciation. Ne pas se prendre au sérieux favorise un certain esprit critique face aux diverses valeurs inculquées par la société et permet de souligner l’aberration de certains comportements sociaux et humains.

La relation avec le public

Le travail du personnage clownesque nous permet de développer le rapport au public-acteur en détournant ses aspects trop dramatiques.

Il est dans l’instant présent:

Cultiver notre présence, notre écoute, notre potentiel de jeu, de communication et de création, notre acceptation de soi et de l’autre, notre sens de l’humour et de la dérision

Il est dans la simplicité de l’échange:

Travailler le clown, c’est mettre en jeu nos émotions, nos fragilités et nos dimensions cachées en donnant la vie à un personnage sensible, imaginatif, en relation directe et complice avec ceux qui le côtoient, qui le regardent.

Et dans l’imaginaire infini:

Il est notre lien direct vers l’univers poétique. Le monde bien réel et absurde que nous avons créé.

Cet état est très proche de celui de l’enfant et ne dit-on pas de la vieillesse « un retour en enfance »

Le clown existe grâce au regard de son public, il n’a cesse de partager ses moments qui le transporte…

Improvisation

Le rapport à l’émotion, à l’objet, à la vérité de l’instant, le tout en ETAT d’urgence et en communication permanente avec son public:

« Le clown nous apprend à rire de nous- même… La joie est pareille à un fleuve : rien n’arrête son cours. Il me semble que tel est le message que le clown s’efforce de nous transmettre : que nous devrions nous mêler au flot incessant, au mouvement, ne pas nous arrêter à réfléchir, comparer, analyser, posséder, mais couler sans trêve et sans fin, comme une intarissable musique. Tel est le don de renoncement. Le clown le fait symboliquement, à nous d’en faire une réalité. »

Henri Miller

« Le sourire au pied de l’échelle »

L’animateur :

MICHEL MALET

Michel Malet, 56 ans

Comédien, Clown, Formateur, Directeur d’acteur.

Educateur pour Handicapés Mentaux

Moniteur en Education Physique et Sports

Formations depuis 1981:

Clown avec Pierre Richy (Fr), Marcel Penasse, Joseph Collard (B), Les Colombaioni (I), Michel Dalaire (Can), Caroline Obin (Fr).

Mime avec Fujio Ishumaru (Jap), Vincent Marcotte (Can)

Training de l’acteur avec Ingemar Links (Suéde)

Voix avec Joseph Jacquinet (conservatoire de Liège. B)

Bouffon avec Dolores (Can)

Spectacles:

A l’unissons,7 à voir, La télé en réalité, Les Sapés sapins, Païkan gardien du Walhala, Valises, Gridlock, Décollage, Chocotoff se fait la malle, Il était une fois un petit navire qui n’avait jamais divagué. Toutes créations originales jouées en Belgique, France, Suisse, Allemagne et Hollande. El Wawa circus, Bolivie et Argentine 2007, Toffé , Un Peu de Tout : Argentine, Belgique, France 2010, Cãlãtorie 2012, Argentine, Belgique, France.

En création : « L’HÔ qui passe » sortie prévue mai 2017

Co-Productions:

Village et Cies avec 10 Cies (Fr) 2015

La Guinguette avec la Cie deux pas Sages (Fr)

Route Nationale 2000 avec la Cie des Chercheurs d’Airs (Fr)

Valises avec le Festival D’Annonay (Fr)

Interventions avec le Festival Idécklic (Fr)

Le lieu Avec 12 Cies françaises (Aurillac,Fr, 93 et 94)

Festival:

Directeur artistique du festival des arts de la rue REC pour octobre 2010 (Resistencia Argentine)

Je crée en 1995 «Bitume» Festival international de Théâtre de rue itinérant (Huy, Liège, Moirans en Montagne (Fr), Annonay (Fr), Engis, Hotton, La Roche, Vielsam). J’en ai assuré la direction artistique jusqu’en 2006, année où j’ai passé le flambeau au CEC Le Miroir Vagabond.

Programmateur du Festival du Merveilleux et de L’inattendu Barvaux 1986

Directions D’acteurs:

« Les Manges Cailloux » (Fr)

« Halloween » Création et Mise en scène du Spectacle 2004 et 2005 de la Ville de Huy

« le Chribaptan »

« M’Zelle » (Fr)

« Les Nez Patentes »

« La Cie Pour Kwapa : Blanche blonde»

« Les Poules Alliées »

« La Juana » Argentine

Stages:

J’anime et organise depuis 1990 différentes Formations pour Amateurs et Professionnels « A la recherche de son Clown » en Belgique, France et en Argentine

Collaboration avec la Mission Insertion Musique de Valence (Fr)

Animation d’un Atelier Clown pour la Cellule Dépendances Drogues et Alcool du Centre Public d’Aide Social de Huy en 2005.

Professeur à l’école de Cirque de Gembloux

 

Education à la Citoyenneté:

J’ai créé et animé de 1998 à 2005, une visite guidée du Fort de Breendonck (seul camp de concentration belge de la guerre 40/45) en Collaboration avec l’échevinat de l’enseignement des villes de Huy et Woluwé St Lambert.

Coopération :

2 voyages de trois mois en Argentine et un de un mois en RDC , rencontre de projets, Théâtre action, spectacles et stages clown partagés bénévolement.

Une formation au Théâtre action de six mois en Argentine 11 /2007 à 04/2008.

Partage depuis lors des projets artistique en Argentine et Bolivie avec la Coopérative de Théâtre locale Nashila’t. (Province du Chaco). (2007-2012).

Langues :

Je maîtrise parfaitement le Français et parle couramment Espagnol.

Je possède des bases en Anglais et Néerlandais.

Divers :

Création en 2006 de la Cie des Arts de Nez

Co-fondateur en 2000 de la Fédération des Artistes de Rue (FAR).

Co-création en 1995 du Festival « Bitume »

Création en 1986 de la Cie du Nez Rouge

Contacts :

COMPAGNIE DES ARTS DE NEZ

Rue de la chaîne, 52

4000 Liège

Mobile : 32 (0)495 127 688

compagniedesartsdenez@gmail.com

www.ciedesartsdenez.be

MICHEL MALET

Tel : 32 (0)4 269 48 92

michmalet@gmail.com